0



Le sélectionneur allemand, Joachim Low, a reconnu qu'il y avait besoin de soutenir psychologiquement Mesut Ozil et Ilkay Gundogan. 

L'affaire de la photo prise avec Recip Erdogan continue de faire jaser Outre-Rhin. Lors de chacune de leurs apparitions sur le terrain, Mesut Ozil et Ilkay Gundogan, qui avaient commis le crime de lèse-Majesté en appelant le chef d'état turc "mon président", sont toujours sifflés et conspués. Un traitement qui commence à irriter sérieusement leur entraineur, Joachim Low.

Alors qu'il avait été l'un des premiers à leur reprocher cette initiative, le patron de la Mannschaft met aujourd'hui tout en œuvre pour que le duo soit épargné par les critiques et qu'il arrive justement à ne se concentrer que sur le terrain. "Je dois les relancer les préparer afin qu'ils retrouvent la flamme et qu'ils aident l'équipe. C'est ce en quoi consiste ma mission aujourd'hui", a-t-il confié mercredi.

Low a ensuite admis que ses protégés ont été sérieusement peinés par la réaction du public allemand. "Oui, les deux ont souffert de cette situation, a-t-il tonné. Tout ce qui devait être dit à ce sujet a été dit et il n'existe aujourd'hui aucun problème au sein de l'équipe. Et au-delà de tout ce débat, je tiens à dire qu'ils adorent jouer pour l'Allemagne".

Les paroles de l'entraineur ont ensuite trouvé écho chez le président de la fédération (DFB), Reinhard Grindel. Ce dernier avait également admonesté la paire fautive. "J'attends à ce que tout le monde donne tout ce qu'il a pour l'Allemagne. Et si Ozil n'a pas voulu donner des réponses lors des interviews, alors j'espère qu'il va le faire sur le terrain. Je sais que Mesut et Ilkay sont prêts pour cela".
GOAL

REAGISSEZ À CET ARTICLE

Réagissez Google+

 
Top