0



Les internationaux portugais William Carvalho, Gelson Martins et Bruno Fernandes, et le Néerlandais Bas Dost ont tous les quatre rompu unilatéralement leur contrat avec le Sporting Portugal, a annoncé lundi le club lisboète, qui sombre ainsi dans une crise chaque jour plus profonde.

Les trois Portugais, actuellement en Russie pour disputer le Mondial-2018, ont communiqué au Sporting la résiliation de leur contrat "en invoquant un juste motif", a indiqué le club dans trois communiqués séparés, mais à teneur identique.

Un autre communiqué diffusé dans la soirée rendait compte du départ de l'international néerlandais Bas Dost, meilleur buteur de l'équipe avec 34 réalisations la saison écoulée.

Ils emboîtent ainsi le pas à leur ancien capitaine Rui Patricio, le gardien titulaire de l'équipe du Portugal, qui a le premier annoncé son départ du Sporting suite à la violente attaque perpétrée à la mi-mai par un groupe de supporters cagoulés qui a envahi le centre d'entraînement du club à Alcochete, dans la banlieue de Lisbonne, pour agresser et menacer les joueurs et leur encadrement.

Le portier de 30 ans avait alors accusé le Sporting de "négligence grossière" et d'avoir "violé ses obligations légales et contractuelles".

L'international espoirs portugais Daniel Podence, a lui aussi quitté le club dans les mêmes circonstances.

L'entraîneur Jorge Jesus est ensuite parti lui aussi, mais à l'amiable, signant dans la foulée avec le club saoudien d'Al-Hilal. Le coach portugais, âgé de 63 ans, a depuis expliqué qu'il ne pouvait pas s'exprimer publiquement sur les motifs de son départ.

Le Sporting, célèbre pour avoir formé de nombreux cracks portugais dont le quintuple Ballon d'or Cristiano Ronaldo, risque désormais de voir partir ses meilleurs joyaux sans en tirer la moindre recette financière.

La crise au sein du club a éclaté au grand jour quand le président du club, Bruno de Carvalho, a ouvertement critiqué les cadres du vestiaire, puis menacé de limoger Jorge Jesus quand celui-ci a pris leur défense.

Plusieurs dirigeants du club ou supporters influents ont appelé à la démission de M. Carvalho, le jugeant responsable d'avoir créé l'ambiance délétère qui a poussé certains ultras à envahir le centre d'entraînement du club pour agresser les joueurs. Suite à ces incidents, 27 personnes dont un ancien dirigeant du principal groupe d'ultras du Sporting, la Juventude Leonina, ont été mises en examen et placées en détention provisoire.

Le président, aujourd'hui âgé de 46 ans mais qui a lui même fréquenté les groupes ultras Juventude Leonina et Torcida Verde à la fin des années 1980, a jusqu'ici écarté toute idée de départ.
AFP

REAGISSEZ À CET ARTICLE

Réagissez Google+

 
Top