0



"Neymar n'est pas un acteur", a déclaré l'attaquant belge Romelu Lukaku à propos de son futur adversaire, vendredi (18h00 GMT) en quarts de finale du Mondial-2018, critiqué pour sa propension à exagérer sa douleur après chaque contact.

. Neymar et l'exagération

Romelu Lukaku (attaquant de la Belgique): "Pour moi ce n'est pas un acteur, il joue avec des rivaux très durs. Neymar dans l'avenir sera le meilleur joueur de foot au monde et je suis content de pouvoir jouer contre lui pour la 2e fois."

Tite (sélectionneur du Brésil): "J'ai déjà parlé de ça et j'ai été très clair à propos de ce qui s'est passé. Vous devriez regarder les images... Je suis content qu'il joue à son meilleur niveau, pas seulement quand il dribble avec le ballon. Il y a des actions où il fait des prises de position défensives qui sont essentielles. Il aide à reprendre le contrôle du ballon. Il a un esprit d'équipe extraordinaire, et ça c'est la plus grande des vertus. Le reste, c'est accessoire (...). Il ne faut pas être un expert pour voir qu'il s'est développé. On sait tous les efforts qu'il a fait pour arriver à son état de forme actuel et tout ce qu'il a dû (faire) pour garantir son retour au haut niveau. C'est une grande expérience qui vous permet de vous surpasser."


. Belgique-Brésil, respect mutuel

Joao Miranda (défenseur du Brésil): "La Belgique ne se résume pas à Romelu Lukaku. C'est une équipe qui attaque très bien. Ils ont beaucoup de joueurs de qualité, beaucoup d'habilité. Ils peuvent jouer un football très direct. Notre football est préparé pour contenir cette menace. On connaît les difficultés qui vont se présenter parce que la Belgique va nous mettre sous pression. C'est une équipe extrêmement douée, il faudra être concentré."

Tite: "La Belgique a un pouvoir de création footballistique extraordinaire. On a tous les deux envie de jouer au football. Cela va être un match époustouflant, un beau challenge pour les joueurs et moi-même."

Roberto Martinez (sélectionneur de la Belgique): "Si vous avez un match à faire dans une Coupe du monde, c'est contre le Brésil. Ce pays mérite tous les adjectifs liés au football, en terme d'émotion, d'attitude de battant sur le terrain, de gagne... Il faudra faire du mieux qu'on peut (...). Quand vous entrez en lice dans un tournoi que vous avez déjà gagné, vous avez déjà un avantage sur votre adversaire. Le Brésil a une attente et en plus ils savent comment gagner un Mondial. Il faudra être une équipe qui respecte le Brésil pour ce qu'ils ont réalisé. Mais cela ne veut pas dire que nous n'allons pas essayé de gagner."
AFP

REAGISSEZ À CET ARTICLE

Réagissez Google+

 
Top