0



Les Bleus ont "une équipe pour faire mal à n'importe quelle défense", a estimé leur leader d'attaque Antoine Griezmann, auteur du deuxième but et élu homme du match contre l'Uruguay (2-0) en quart de finale du Mondial-2018, vendredi à Nijni Novgorod.

Pourquoi n'avez-vous pas célébré votre but?
Je ne l'ai pas célébré parce que lors de mes premiers pas dans le monde du foot pro, il y avait toujours un Uruguayen, qui m'a fait découvrir les bonnes et les mauvaises choses du foot pro. J'avais des amis en face, et par respect il était normal de ne pas célébrer mon but.

Qu'est-ce que ça fait de marquer deux buts à une des meilleures défenses du monde?
On a une équipe pour faire mal à n'importe quelle défense, même s'il faut garder les pieds sur Terre. Quand on est concentré sur notre jeu et ce qu'on doit faire, on a plus de chance de gagner.

Cela représente quoi de battre l'Uruguay à son propre jeu?
Ouais, c'est une équipe compliquée, qui me rappelle un peu mon club de l'Atlético de Madrid, où tout le monde travaille et tout le monde défend, c'est beau à voir, je le vis tous les jours. J'adore la culture uruguayenne et les Uruguayens, j'ai beaucoup de respect pour eux.

Qu'avez-vous pensé du stade et de l'ambiance?
Le stade était beau, de l'extérieur et à l'intérieur aussi. C'était une bonne ambiance, du côté uruguayen ou du nôtre. La pelouse... elle était meilleure dans les matches d'avant, mais c'était un bon stade pour accueillir des quarts de finale de Coupe du monde.

Le style de l'équipe de France, c'est quoi?
Je ne crois pas qu'elle ait un style défini. On regarde ce qui se passe dans le match et nous avons des joueurs qui savent gérer, faire des pauses ou accélérer. J'essaie de le faire quand j'ai ballon et d'essayer d'amener le match où nous le voulons.

Aviez-vous travaillé les coups de pied arrêtés?
On savait que Diego (Godin) et Gimenez sont très forts de la tête, que le ballon allait souvent arriver au point de penalty ou juste derrière, donc on a mis des joueurs de taille dessus. On a essayé de les embêter, même si eux ont failli nous en mettre un où Hugo (Lloris) fait une énorme parade. On savait qu'il ne fallait pas rentrer dans leur jeu, il fallait rester calmes, positifs, et amener le jeu où on le voulait.
AFP

REAGISSEZ À CET ARTICLE

Réagissez Google+

 
Top