0



Il a souvent évolué comme milieu défensif, mais avec la blessure de Kara Mbodj, Salif Sané a été replacé par Aliou Cissé en charnière centrale. Associé à Kalidou Koulibaly, il a été l’un des joueurs sénégalais les plus en vue lors de cette Coupe du monde. L’ancien joueur de Hanovre, qui a forgé son expérience en Bundesliga, a trouvé sa pleine mesure lors de cette prestigieuse compétition. Parti pour "dépanner", il constitue aujourd’hui une menace pour Kara Mbodj, le titulaire au poste.

Lors de la Coupe d’Afrique des nations 2017, Salif Sané ne figurait même pas sur la liste des 23 joueurs retenus par Aliou Cissé. Une année plus tard, le vent a tourné en sa faveur. Le milieu polyvalent des Lions s’est retrouvé titulaire indiscutable de l’équipe dans la plus prestigieuse des compétitions. Grâce au coup du destin, Salif Sané est devenu le deuxième choix d’Aliou Cissé dans la hiérarchie des défenseurs centraux. Une situation que personne n’aurait imaginée avant décembre. Avec la blessure de sa pièce maîtresse en défense, Kara Mbodj, éloigné des terrains pendant cinq mois, Coach Cissé avait, parmi ses priorités, de lui trouver un bon remplaçant pour constituer une solide charnière centrale en  vue de l’échéance du Mondial russe. Et il n’eut pas besoin de chercher trop loin. Salif Sané a fait l’affaire puisque le milieu défensif, grâce à sa polyvalence, avait déjà suppléé Kalidou Koulibaly, suspendu contre le Burkina Faso et Kara Mbodj face à l’Afrique du Sud lors des phases de qualification de la Coupe du monde Russie 2018.

Le retour du défenseur d’Anderlecht qui s’était remis de son opération au genou n’avait pas constitué une menace pour Sané. Aliou Cissé n’avait pas pris le risque de faire jouer Kara Mbodj lors de la première rencontre de préparation contre le Luxembourg le 31 mai dernier. Il avait préféré tester en charnière centrale le duo Koulibaly-Kouyaté qui n’avait pas donné beaucoup de satisfaction. Pour les deux dernières rencontres de préparation pour le Mondial, contre la Croatie et la Corée du Sud, Cissé avait changé la donne et mis en place l’axe central composé par la paire Kalidou Koulibaly – Salif Sané. Une belle trouvaille, puisque cette même charnière a été alignée pendant la Coupe du monde en Russie.


Un repositionnement réussi

 Sané a été préféré à Cheikhou Kouyaté et à Kara Mbodj qui a consacré toute son énergie pour être au top avant l’entrée en lice du Sénégal à la Coupe du monde le 18 juin dernier, face à la Pologne. Et il a plus que répondu aux attentes.
Le milieu défensif, repositionné en défense centrale, a réalisé une performance de bonne facture face aux Polonais. Déjà, avant ce match crucial, Sané avait annoncé la couleur en assurant détenir la clef pour museler le redoutable Robert Lewandowski.

Et avec son compère, Kalidou Koulibaly, il avait réussi à contenir les assauts de l’attaquant du Bayern qu’il a souvent affronté sur les terrains de la Bundesliga et qui n’aura jamais réussi à se montrer dangereux. Au vu de ses performances, force est de reconnaître que ce repositionnement a bien réussi au nouveau joueur de Schalke 04. Très rapide, excellent dans le jeu aérien, doté d’un bon placement, d’une bonne relance et aussi d’une grande intelligence de jeu, Salif Sané n’a, en plus, jamais hésité à percer les lignes pour appuyer le compartiment offensif de son équipe. Que ce soit contre la Pologne, le Japon ou encore la Colombie, il s’est évertué à effectuer le geste juste dans les situations les plus chaudes dans la surface de réparation sénégalaise. Il a été constamment dans tous les combats. Avec Koulibaly, il a affiché une solidité à toute épreuve et tiré leur épingle du jeu.   Arrivé à Hanovre en 2013, Salif Sané (32 matchs joués cette saison pour 4 buts marqués) qui est devenu un pilier de cette équipe avant de passer à Schalke où il évoluera cette saison, a marqué des points lors de la campagne sénégalaise en Russie. Il a été le joueur, côté sénégalais, à avoir gagné le plus de duels (50 sur 90). Et aussi celui qui a récupéré le plus de ballons (34 sur 165). Sané s’est également bien appliqué dans les passes (105 réussies sur 119). Un vrai motif de satisfaction. Lors des trois sorties du Sénégal, il a réellement séduit les férus du ballon rond.

Mais Aliou Cissé lui fera-t-il confiance sur la durée ? Depuis son arrivée à la tête de l’équipe en 2015, le sélectionneur national a toujours montré sa préférence pour Kara Mbodj qui n’a malheureusement pas disputé une seule minute en Russie.

Alternative ou concurrent ?

Le défenseur d’Anderlecht, présent dans la Tanière depuis 2011, a toujours été le chouchou d’Aliou Cissé qui ne s’est jamais gêné pour le faire savoir. Et en a même fait son vice-capitaine derrière Kouyaté. Avant sa blessure qui l’a éloigné des terrains pendant cinq mois, et qui est à l’origine de la perte de sa place de titulaire, Kara a été utilisé à 26 reprises par Aliou Cissé, devenant du coup l’un des joueurs les plus utilisés de la Tanière. Sa convalescence a profité à Salif Sané qui n’eût-été ce coup du destin, aurait été en concurrence au milieu de terrain avec Idrissa Gana Guèye, Cheikhou Kouyaté, Alfred Ndiaye, Cheikh Ndoye et autres Pape Alioune Ndiaye. Mais Sané a bien saisi sa chance et n’a pas raté l’occasion de s’illustrer et de prendre ses marques dans cette charnière qui avait son "propriétaire" attitré. Il s’est imposé comme la meilleure alternative à Kara, voire comme son principal concurrent.

En Russie, Salif Sané a réellement marqué de précieux points en étant l’un des tout meilleurs Sénégalais dans la compétition. Aliou Cissé en tiendra-t-il désormais compte ?
Le Soleil

REAGISSEZ À CET ARTICLE

Réagissez Google+

 
Top