0



L'excentrique et génial Zlatan Ibrahimovic, qui avait jugé que la Coupe du monde ne valait pas la peine d'être regardée en son absence, s'est mué en supporter N.1 de la Suède, à la veille du quart de finale samedi face à l'Angleterre.

"La Coupe du monde sans moi, ça n'est pas la peine de regarder... Je le pense vraiment", lançait il y a quelques temps l'attaquant du Los Angeles Galaxy. C'était avant que son pays n'atteigne, pour la première fois depuis 1994, les quarts d'un Mondial.

"Ils ont une grande chance de gagner la Coupe du monde", affirme désormais le meilleur buteur de l'histoire de la Suède (62 buts), cité par le site internet de son club de MLS. "Ils ont battu le Mexique, ce qui était bien, et ils ont frappé un grand coup en gagnant contre la Suisse" en huitièmes (1-0), a poursuivi le fantasque buteur de 36 ans.

L'ancien joueur du Paris SG, du Milan AC ou encore de Manchester United, juge que ses compatriotes suédois "font des choses que personne ne pensait qu'ils pouvaient faire". Leur force? "Ils croient, ils pensaient qu'ils pouvaient le faire. Ils font de bonnes choses et j'espère qu'ils vont continuer".

"Nous sommes là pour les pousser. Chaque Suédois à travers le monde est fier et nous serons fiers quelle que soit l'issue des prochains matches", a-t-il poursuivi.

Justement, comment le "Dieu" Zlatan, comme il aime à se qualifier lui-même, voit-il le match couperet à venir en quart? "Maintenant, ce n'est pas seulement à quel point vous êtes bons, il y a aussi beaucoup d'émotion dans le match. C'est un quart de finale et beaucoup d'émotions envahissent la partie. L'avantage va à celui qui gère le mieux cela".

Et si la Suède accède au dernier carré, a plaisanté Zlatan, "voyons ce que David Beckham aura à me dire", alors que l'Angleterre du "Spice Boy", ancien du Galaxy, pourrait se présenter en demi-finale.
AFP

REAGISSEZ À CET ARTICLE

Réagissez Google+

 
Top