0



Cristiano Ronaldo peine pour ses débuts en Serie A. Un chiffre symbolise particulièrement ses difficultés. 

Il faudra encore attendre avant de voir Cristiano Ronaldo signer sa première réalisation dans le championnat italien. Arrivé à Turin avec l'étiquette d'une machine à scorer, qu'il s'est bâtie tout au long de ses neuf années passées en Espagne, le Portugais ne parvient toujours pas à faire la différence offensivement sur les pelouses transalpines. Pourtant, il en est déjà à trois matches joués. Cela commence à faire tâche.

Après le Chievo Vérone et la Lazio de Rome, c'est l'équipe de Parme qui s'est dressée sur le chemin du quintuple Ballon d'Or ce samedi. Et le promu a su, à son tour, lui résister. Le Portugais n'a pas trouvé la solution, et cela est autant dû au bon travail de la défense adverse qu'à l'inefficacité dont a fait preuve l'ancien merengue. Le nombre de tirs qu'il a tentés sur ce match montre, en effet, que ce dernier a eu les possibilités pour en finir avec son mutisme mais il a péché dans la finition.

Sur ce match, Ronaldo a frappé huit fois au but. Aucune de ses tentatives n'a donc fini au fond, et il n'y a eu vraiment que deux occasions de sa part que l'on pourrait qualifier de véritables alertes. Celles qu'il s'est créées de la tête au milieu de la première période (24e et 26e). À part cela, pas grand-chose. Et ces munitions gâchées s'ajoutent à celles qu'il avait cumulées lors des deux premiers matches.


Mandzukic lui vole la vedette

Au total, Ronaldo, qui s'était pourtant parfaitement préparé au match de ce samedi en faisant notamment l'impasse sur la cérémonie de l'UEFA, en est à 23 tirs tentés en Serie A (9 contre Chievo et 6 contre Parme). Aucun n'a fini au fond et ce ratio est incontestablement gênant pour un joueur de sa trempe. Cette saison, dans les grands championnats européens, personne n'a fait pire. De quoi donner raison aux détracteurs qui le jugeait sur le déclin et incapable de briller en Italie comme il le faisait en Espagne. Ronaldo souffre aussi de la comparaison avec son coéquipier Mario Mandzukic, décisif trois fois déjà en seulement deux titularisations (2 buts et 1 passe).

Connaissant l'orgueil et l'esprit de combattant qui peuvent l'animer, CR7 mettra certainement un point d'honneur à ne pas laisser les choses en l'état, à rectifier le tir et à retrouver sa meilleure forme au plus vite. Ça ne sera cependant pas avant deux semaines au moins, et la rencontre d'après la trêve internationale contre Sassuolo. D'ici là, il aura à supporter les critiques et cette dérangeante statistique qui le dévalorise.
GOAL

REAGISSEZ À CET ARTICLE

Réagissez Google+

 
Top