0



Naples reste sur une grosse performance face à Liverpool en Ligue des champions (1-0). Une victoire qui a placé l’équipe de Carlo Ancelotti sur le devant de la scène dans le groupe C avant le duel face au PSG au Parc des Princes mercredi soir. 

"Tout le monde va se méfier…" Carlo Ancelotti se doute bien que même sans cette victoire face à Liverpool lors de la 2e journée (1-0), le Paris Saint-Germain n’aurait pas accueilli son équipe de Naples la fleur au fusil. Mais force est de constater que Naples a su brouiller les cartes dans ce groupe C de la Ligue des champions. A l’heure de revenir dans un Parc des Princes qu’il apprécie tout particulièrement, le technicien italien sait néanmoins combien sa mission s’annonce difficile.

"Contre Paris, c’est probable que l’on puisse perdre, mais on doit croire très fort que l’on peut gagner. Le souci, c’est que cette victoire sur Liverpool nous a prouvé à nous que l’on était compétitif, mais elle l’a aussi montré aux autres", explique Ancelotti pour France Football. Son équipe continue d’assimiler ses principes de jeu et si elle ne possède sans doute pas les mêmes atouts que la Juventus en Serie A ou d’autres cadors sur la scène européenne, elle a de sérieux arguments à faire valoir.

Car sous cette ambition de faire progresser encore un peu plus les Partenopei se cache un féroce compétiteur qui ne laisse rien au hasard. Il a d’ailleurs déjà charmé Aurelio De Laurentiis, son président, qui ne jure que par lui et qui a récemment déclaré: "Ils ont Mbappé, Cavani et Neymar mais nous on a Ancelotti." Voilà qui en dit long.

Ancelotti, lui, se montre un petit peu plus sur la réserve à l’évocation d’un retour dans la ville lumière. "J’aime vraiment cette ville et ce stade. C’est beau de voir comment le club grandit. Il fait partie des meilleurs d’Europe. Paris peut gagner la Ligue des champions, c’est certain. En revanche, la dernière fois que je suis revenu au Parc, l’année dernière, ça ne s’est pas très bien passé avec le Bayern : on a perdu (3-0) et j’ai été viré juste après. Donc, je dois faire attention", ajoute-t-il. Sa situation à Naples n’a évidemment rien à voir. Et il n’imagine pas un tel scénario.
Sports.fr

REAGISSEZ À CET ARTICLE

Réagissez Google+

 
Top