0



Arrivé à l'Inter Milan cet été après plusieurs saisons disputées avec l'AS Roma, Radja Nainggolan s'est imposé comme un titulaire indiscutable en ce début de saison. Avant de jouer son premier derby milanais, l'ancien international belge s'est livré à la Gazzetta dello Sport. L'occasion de vider son sac sur son transfert et son ancienne formation. 

Un été mouvementé. Non sélectionné par Roberto Martinez pour disputer la Coupe du Monde 2018 avec la Belgique, qui a finalement terminé troisième, Radja Nainggolan avait mis un terme à sa carrière internationale avant la compétition. Sans Mondial, l’ancien international belge avait donc le temps de songer à son avenir. Arrivé à l’AS Roma en 2004, le joueur de 30 ans avait finalement décidé de fermer le chapitre romain pour tenter une nouvelle aventure du côté de l’Inter Milan, où il s’est engagé jusqu’en juin 2022. Et après avoir manqué les deux premiers rendez-vous de sa nouvelle formation, le milieu belge a trouvé ses marques, disputant toutes les rencontres suivantes. Avant de disputer son premier derby contre l’AC Milan (dimanche), l’ancien Giallorosso s’est confié à la Gazzetta dello Sport.

D’abord interrogé sur son début de saison avec l’Inter Milan, Radja Nainggolan a ensuite eu le droit à des questions sur son transfert cet été. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que le natif d’Anvers n’a pas épargné son ancienne formation. « Ça s’est fini et ce n’est pas du tout de ma faute. J’ai été déçu de certains comportements que je ne peux pas accepter en tant qu’homme. J’ai eu des torts, bien sûr, comme sur cette vidéo du Nouvel An... mais ils ont fait certaines choses sans rien me dire. Ils ont agi ainsi au lieu de se comporter comme de vrais hommes qui se parlent en face », a-t-il commencé par lâcher, avant d’enchaîner sur les coulisses de son départ.


« Je me suis senti traité comme un joueur sans importance »

« La Roma voulait récolter de l’argent de ma vente. J’ai découvert après qu’ils étaient d’accord avec des clubs étrangers que je n’aurais jamais accepté, je me suis senti traité comme un joueur sans importance, ils ont fait les choses dans mon dos. À ce moment-là, Spalletti m’a appelé et je n’ai pas réfléchi un instant. Au début, j’avais des regrets, mais j’ai été très bien accueilli », a développé le joueur belge. Malgré quatre années passées dans la capitale italienne, l’aventure ne s’est donc pas très bien terminée entre ce dernier et l’AS Roma.

Et sur les différences entre les deux clubs, Radja Nainggolan n’a pas non plus hésité à charger son ancienne direction, pas très présente à son goût : « ici, j’ai trouvé un club très bien préparé, qui sait comment agir, ils sont tous présents. Steven Zhang (qui sera nommé président de l’Inter le 26 octobre lors d’une réunion du Conseil d’Administration, ndlr) est toujours là. À Rome, le président (James Palotta, ndlr) vient une fois par an... et je pense qu’une personne doit être présente à la tête d’une entreprise comme celle-ci. Il y a également une façon de se comporter avec les tifosi : chaque année, 3-4 joueurs majeurs changent. Peut-être que s’il y avait un président, il pourrait mieux expliquer le pourquoi de certains choix. » Le sac est vidé.
Foot Mercato

REAGISSEZ À CET ARTICLE

Réagissez Google+

 
Top