0



Alors que le Bayern est en pleine crise sportive, les dirigeants du club ont attaqué les journalistes lors d’une conférence de presse étonnante. 

Le Bayern Munich a convoqué la presse ce vendredi midi et ce n’était pas pour annoncer le licenciement de Niko Kovac et l’arrivée sur le banc de touche d’Arsène Wenger, comme en rêveraient certains supporters du club… Karl-Heinz Rummenigge et Uli Hoeness, les deux présidents, flanqués d'Hasan Salihamidzic, le directeur sportif, ont apporté leur soutien au coach germano-croate, et ont surtout reprochés aux journalistes leur sévérité.

"J’aimerais vous rappeler la première ligne de la constitution allemande : la dignité humaine est inattaquable. Je ne sais pas si cela ne s’applique pas au football", a lancé Rummenigge lors de ce point presse surréaliste. Et d’ajouter: "Nous protégeons nos joueurs, notre entraîneur et le club. Nous ne blâmons pas les médias pour nos mauvais résultats. Nous n’attendons pas seulement des louanges, mais nous voulons être traités de manière juste".

Le directeur exécutif du Bayern est surtout furieux du traitement réservé aux cadres de l’équipe que sont Manuel Neuer, Arjen Robben et Franck Ribéry. "Quand je lis ce qui est écrit sur Neuer, je reste sans voix. Je vous rappelle que c’est un joueur qui a été couronné meilleur gardien du monde à quatre reprises. Quant à Robben et Ribéry, ils ont gagné tout ce qui était possible dans le football. Le débat sur leur âge est sans gêne et irrespectueux", a-t-il ainsi lancé.

Il n'empêche que le mastodonte de la Bundesliga est vraiment dans une mauvaise passe avec quatre matches sans victoire, dont deux défaites en Bundesliga contre le Hertha Berlin (2-0) et Mönchengladbach (0-3). Robert Lewandowski et ses coéquipiers sont seulement 6e, à 4 longueurs du leader, le Borussia Dortmund, avant un déplacement périlleux à Wolfsbourg, samedi. Les cadres de l’équipe doivent réagir sur le terrain maintenant.
Sports.fr

REAGISSEZ À CET ARTICLE

Réagissez Google+

 
Top