0



Un exploit face à un grand d'Europe ou la porte: le PSG doit briller contre Liverpool mercredi (20h00 GMT) en Ligue des champions pour s'éviter une catastrophique élimination dès le premier tour, dans un contexte déjà plombé par les révélations des "Football Leaks".

"La Ligue des champions est un grand objectif du club, tous les joueurs en sont conscients. C'est un match où il ne faudra pas avoir de regrets": le défenseur parisien Marquinhos a parfaitement résumé l'importance du choc contre le vice-champion d'Europe sortant pour son avenir européen.

Toujours relégué à la troisième place du groupe C, Paris sera éliminé dès cette phase de poules s'il s'incline au Parc des Princes et que Naples l'emporte à domicile contre l'Etoile rouge de Belgrade dans le même temps.

Un tel scénario constituerait une catastrophe industrielle pour les propriétaires qataris, qui ont déboursé plus de 400 millions d'euros afin de recruter la superstar brésilienne Neymar et le prodige français Kylian Mbappé à l'été 2017. Un investissement massif qui leur vaut depuis une procédure sans fin avec l'UEFA dans le cadre du fair-play financier...

A contrario, un succès contre les "Reds" de Jürgen Klopp ouvrirait la voie vers les huitièmes de finale.

Il n'y a "pas de peur mais je sens la pression bien sûr !", a reconnu l'entraîneur Thomas Tuchel qui sait qu'il n'a pas le droit à l'erreur en Ligue des champions malgré son sans-faute en Ligue 1.

Neymar et Mbappé titulaires

Bonne nouvelle pour le technicien allemand, ses deux atouts majeurs Neymar et Mbappé, de retour à l'entraînement depuis lundi, semblent avoir récupéré de leurs blessures contractées lors de la semaine internationale. "Ils sont en forme. Ils ont fait un entraînement complet aujourd'hui et hier. Il n'y a pas de problème pour qu'ils soient titulaires demain", a-t-il annoncé.

Reste à savoir si le N.10 brésilien sera diminué physiquement, après son élongation aux adducteurs lors du match amical contre le Cameroun, et s'il ne risque pas une rechute contre le club anglais. "Il n'y a pas de risque", assure l'entraîneur.

Le PSG aura besoin de toutes ses forces vives car en face Sadio Mané, annoncé incertain et fiévreux par la presse anglaise, sera bel et bien présent dans le groupe pour former le redoutable trident offensif des "Reds" avec Roberto Firmino et Mohamed Salah.

"Il y aura deux équipes très ambitieuses qui se feront face, dans une compétition très intéressante et dans une situation très intéressante dans le groupe. Après le tirage au sort, on pensait savoir tout de suite qui allait se qualifier mais ce groupe était difficile", a rappelé Klopp.

Au match aller en Angleterre, les Parisiens avaient été logiquement punis en fin de partie par un but de Firmino (3-2).

Depuis, ils ne sont pas parvenus à battre Naples (2-2 à l'aller puis 1-1 au San Paolo) et ont donc beaucoup à prouver mercredi soir, alors qu'il n'ont plus gagné contre un cador européen depuis septembre 2017 et un succès contre le Bayern Munich (3-0).

Atmosphère lourde

Quelle équipe Tuchel va-t-il aligner contre Liverpool ? Si la légende italienne Gianluigi Buffon est assuré de débuter dans les buts, le défenseur Marquinhos n'a pas confirmé son éventuelle titularisation au milieu de terrain, évoquée par la presse sportive.

"Je me sens plus confortable dans l'axe de la défense. Mais le coach sait qu'il peut compter sur moi", a-t-il expliqué mardi, alors qu'il n'avait pas été à son avantage lors de la première manche contre les Anglais, à ce poste de sentinelle inhabituel pour lui.

Cet éventuel pari tactique a intérêt à fonctionner cette fois car le PSG, en dépit des sommes colossales investies par ses propriétaires qataris, n'a jamais fait mieux que les quarts de finale depuis leur arrivée en 2011.

D'autant plus que l'atmosphère autour du club français n'a cessé de s'alourdir ces dernières semaines sur le plan extra-sportif. Le match contre Liverpool survient en effet après une série de révélations des "Football Leaks", sur un supposé "dopage financier" puis sur une embarrassante affaire de fichage ethnique au sein de sa cellule de recrutement.

Les dirigeants parisiens ont dû multiplier les prises de parole pour se défendre sur ces deux dossiers et voudraient bien cette fois que le terrain leur offre un peu de répit. C'est le moment ou jamais.
AFP

REAGISSEZ À CET ARTICLE

Réagissez Google+

 
Top