0



L'entraîneur des Citizens considère Chelsea, Manchester United et Tottenham dans la course au titre avec Liverpool et sa propre équipe. 

La course au titre bat plus que jamais son plein en Premier League. Avec le match nul de Liverpool sur la pelouse de West-Ham, Manchester City a l'occasion de récupérer la tête du championnat en remportant son match avancé de la 27ème journée contre Everton. En conférence de presse, Pep Guardiola a commenté cette course endiablée qui ne concerne pas uniquement Reds et Citizens selon lui. L'Espagnol continue de regarder dans le rétroviseur.

"Je n'ai jamais dit que Tottenham n'était pas là. Je n'ai jamais sorti de la course au titre les cinq ou six équipes et Manchester United continue cette série de victoire toutes les semaines. Elles seront là pour se battre pour la Premier League. Nous voyons le classement et voyons les deux ou trois premiers et nous disons 'ils peuvent être champions' et nous ne cherchons pas plus loin", a indiqué l'entraîneur de Manchester City.


"Si Chelsea remporte plusieurs matches de suite, il sera également candidat à la première place en championnat. Tout le monde est là. L'écart n'est pas trop grand. Avec 39 points encore en jeu, neuf ou dix points de retard, ce n'est pas trop. Quand on regarde la Premier League maintenant, tout le monde est prêt à prendre des points", a ajouté Pep Guardiola qui n'enterre aucun de ses concurrents sauf Arsenal qu'il n'a pas cité.

L'Espagnol considère cette course serrée comme normale : "Je dirais que c'est typique en Angleterre de ce type de situation. Ce qui n'est pas commun, c'est ce qui s'est passé la saison dernière: une équipe avec 100 points et beaucoup de distance, 18 victoires pour le vainqueur. La normale est ce qui se passe maintenant. Chaque match est difficile. Vous pouvez gagner et perdre chaque match. Tout le monde est impliqué soit. pour remporter le titre, soit pour se qualifier pour l'Europe, soit pour essayer de rester dans la Premier League".

Pep Guardiola a défendu Marco Silva : "Les gens ne savent pas à quel point il est difficile de créer une équipe. Ils pensent que j'achète trois ou quatre joueurs en tant que nouveau manager et que tout va parfaitement, tout de suite. Parfois, cela prend du temps. Mon conseil : s’ils croient en un projet, s’ils croient en lui, ils doivent aller de l’avant avec lui. Personne ne peut garantir que le nouveau manager sera meilleur. Il est difficile de créer et de construire quelque chose. Il faut du temps. Cela dépend d'eux, qu'ils aient confiance ou non".
GOAL

REAGISSEZ À CET ARTICLE

Réagissez Google+

 
Top