0



Les matchs en Coupe du monde, en plus de leur qualité technique et tactique, demandent une bonne préparation sur le plan physique, soutient le capitaine de l’équipe nationale du Sénégal des moins de 20 ans, Ousseynou Cavin Diagne.

"En Afrique, si on n’est pas prêt à se battre sur le plan physique, il y a des risques qu’on ne gagne pas de matchs alors que lors du dernier Mondial, nous avons été obligés de répondre sur le plan physique sans négliger les autres aspects", a-t-il rappelé dans un entretien avec l’APS.

Ousseynou Cavin Diagne avait participé avec les Lionceaux à l’édition 2017 de la Coupe du monde des moins de 20 ans jouée en Corée du Sud.

"Les différences se font surtout sur le plan technique et tactique même si tout cela doit être sous-tendu par une bonne préparation physique", a indiqué le capitaine des Lionceaux, interpellé sur ses souvenirs du Mondial junior 2017.

Le Sénégal avait été éliminé en huitième de finale de la compétition, suite à sa défaite devant le Mexique (0-1), après avoir atteint les demi-finales lors de l’édition 2015.

Le milieu de terrain du Mans (National 1 en France) pense que les quatre représentants africains, à savoir le mali, le Sénégal, le Nigeria et l’Afrique du Sud ont le niveau pour cette compétition.

"Il y a de la qualité dans ces équipes’’, sans compter qu’elles "auront la possibilité de se renforcer pour cette compétition où les attaquants sont très adroits", a-t-il fait savoir.

"La différence se situe aussi à ce niveau", a-t-il fait remarquer, soulignant qu’en Corée du Sud, les attaquants ne se rataient pratiquement pas.

"Les attaquants étaient très efficaces et il ne faut jamais leur laisser le temps d’armer des frappes", a-t-il insisté.

Les quatre représentants africains à la Coupe du monde des moins de 20 ans prévue du 23 mai au 15 juin en Pologne connaîtront leurs adversaires ce dimanche à l’issue du tirage au sort de la compétition.
APS

REAGISSEZ À CET ARTICLE

Réagissez Google+

 
Top