0



La longue procession des huitièmes de finale de la Ligue des champions s'est achevée mercredi soir. Ce premier tour du tableau final a laissé sur le carreau les deux derniers représentants français mais aussi les trois derniers clubs allemands. Un double fiasco qui contraste avec l'euphorie collective retrouvée du football anglais.

Les huit quarts de finaliste :
  • Manchester United (Angleterre)
  • Tottenham (Angleterre)
  • Manchester City (Angleterre)
  • Liverpool (Angleterre)
  • FC Barcelone (Espagne)
  • FC Porto (Portugal)
  • Ajax Amsterdam (Pays-Bas)
  • Juventus Turin (Italie)

Le retour de flamme anglais

Du jamais vu depuis 2009. La premier League place cette année quatre représentants parmi les huit derniers candidats au titre. Manchester United et Liverpool sont là, comme il y a dix ans, flanqués cette fois de Tottenham et Manchester City en lieu et place de Chelsea et Arsenal. Un sacré retour de flamme pour les clubs de sa Majesté : quatre quarts de finalistes en ce printemps 2019, c'est autant que sur les... quatre précédentes éditions de la Ligue des champions (aucun en 2015, un en 2016, un en 2017 et deux en 2018). Cela ne présage pas de la suite, mais c’est un signe de renouveau. Clairement.

L'Allemagne a bu la tasse

A l'inverse, cette cuvée 2019 restera comme un tout petit cru pour le football allemand, absent du grand huit pour la première fois depuis 13 ans. Un événement, donc. Les trois atouts de la Bundesliga ont tous été coupés lors de ces huitièmes de finale. Et leurs bourreaux viennent tous d'outre-Manche. Après le Borussia Dortmund contre Tottenham et Schalke 04 face à Manchester City, le Bayern Munich a été puni à son tour par Liverpool mercredi soir à l'Allianz-Arena (1-3). Un vrai fiasco collectif. En six matches dans ces huitièmes de finale, les clubs allemands ont inscrit 3 buts et en ont concédé 17.


La Ligue 1 reprend ses mauvaises habitudes

Avec l'émergence du Paris Saint-Germain et quelques exploits ci et là, la décennie 2010 a longtemps apporté son lot de satisfactions au football français et lui a permis de prendre régulièrement place en quarts de finale de l'épreuve-reine. Entre 2010 et 2017, la Ligue 1 n'avait ainsi été absente à ce stade de la compétition qu'une seule fois, en 2011. Mais la décennie s'achève sur une mauvaise note. Pour la première fois depuis la période 2007-2009, la France enchaine deux campagnes sans le moindre quart de finaliste.

Le Barça fidèle au poste

Si l'Espagne a perdu l'Atlético de Madrid et surtout le Real Madrid, triple tenant du titre et jamais absent des quarts depuis 2010, elle peut toujours compter sur son autre géant. Le FC Barcelone est le club le plus régulier du Vieux Continent. Il sera présent pour la 12e année consécutive parmi les huit derniers survivants. Il faut remonter à l'édition 2007 pour trouver trace de quarts de finale sans le Barça. Depuis, le bilan catalan est le suivant : trois titres (2009, 2011, 2015), quatre demi-finales (2008, 2010, 2012, 2013) et quatre quarts (2014, 2016, 2017, 2018). Mais Barcelone n'a donc plus atteint le dernier carré depuis quatre ans...

Six anciens vainqueurs au menu

Malgré les sorties de route de deux poids lourds historiques (le Real, recordman des titres avec 13 victoires et le Bayern et ses cinq couronnes), le plateau des quarts possède un fort parfum de Hall of Fame européen. Six des huit quarts de finaliste ont déjà inscrit leur nom au palmarès : le FC Barcelone, la Juventus Turin, Manchester United, Liverpool, le FC Porto et l'Ajax Amsterdam. Soit six des onze clubs comptant au moins deux victoires en C1. Tous ensemble, ils pèsent tout de même 26 titres. Dans ce lot de prestige, l'Ajax est sans doute celui que l'on attendait le moins : le géant batave n'avait plus été vu en quarts de finale depuis 2003.
Eurosport

REAGISSEZ À CET ARTICLE

Réagissez Google+

 
Top