0



Par son sens du collectif et sa capacité à éclairer le jeu, le polyvalent attaquant de l’AS Nancy-Lorraine Santy Ngom fait l’unanimité auprès de ses partenaires. Trouvaille. 

Oubliés les doutes et questionnements qui avaient accompagné l’annonce de son arrivée. Rouage central d’une animation offensive nancéienne transfigurée et pétillante depuis quatre matchs, Santy Ngom est en train de justifier pleinement le choix de l’encadrement nancéien de l’avoir inclus dans l’opération remaniement de janvier dernier.

À chaque match, suiveurs et supporters de l’ASNL découvrent un peu mieux les qualités particulières du polyvalent attaquant formé au Mans (2010-2013) d’où il est originaire. Aptitudes une nouvelle fois mises en lumière vendredi face à Lorient à l’occasion d’un match révélateur lors duquel l’international sénégalais a encore fait étalage de son goût pour la création.

C’est même sa signature. La recrue hivernale aime tout autant fluidifier le jeu que de se limiter à son rôle de finisseur. Un domaine où il n’est pourtant pas maladroit comme l’ont montré ses réalisations au Havre et à Sochaux. "C’est un tueur devant le but", assène même Amine Bassi qui le côtoie au quotidien depuis deux mois et qui a pu admirer de près, mais aussi exploiter son excellent travail terminal sur le troisième but inscrit face aux Bretons.

Pas qu’un buteur

C’est d’ailleurs cette capacité à marquer qui lui avait rouvert les portes du monde professionnel en 2017. À la sortie d’un début de carrière anonyme dans les réserves de Guingamp et du PSG, puis d’une saison blanche au Levski Sofia, Santy Ngom avait rejoint un club de DH (La Suze) pour se relancer. Il y avait inscrit 36 buts (!) en une saison. Prouesse qui avait incité le FC Nantes de Claudio Ranieri à lui faire sauter quatre classes d’un coup. On comprend mieux pourquoi aujourd’hui.


Buteur donc, mais pas seulement, loin de là. S’il avouait, en janvier dernier, lors de l’une de ses rares confidences aux médias, "être un attaquant axial" aimant "faire des appels et prendre la profondeur", le Lion de la Teranga (deux sélections), épanoui dans le système de jeu prôné par Alain Perrin, dévoile un autre aspect de sa panoplie depuis quelques matches.

"Il se met au service de l’équipe"

Celui d’un attaquant capable, grâce à sa finesse technique, de se muer en neuf et demi, voire même en véritable meneur de jeu, comme il l’a fait vendredi face aux Merlus. "Ce n’était pas une consigne. Il avait peut-être besoin de venir toucher le ballon et de participer au jeu de l’équipe. C’est normal pour un attaquant de décrocher d’autant qu’il a la capacité à tenir le ballon", confie Alain Perrin au sujet de la propension de son joueur à s’intercaler dans les lignes où son travail en pivot et ses contrôles orientés soulagent ses partenaires et éclairent le jeu de l’ASNL.

Le sondage effectué samedi matin à la sortie du décrassage révèle à quel point les qualités et l’altruisme du joueur prêté par le FC Nantes font déjà l’unanimité. "Il est facile à trouver. J’aime jouer avec lui", confie Denis-Will Poha. "Il n’est pas du tout individualiste. Il se met au service de l’équipe. Il nous fait vraiment du bien", embraye Amine Bassi. "Le fait qu’on se soit retrouvé ensemble à l’hôtel à créer une complicité. Elle rejaillit sur le terrain. Il comprend mon jeu", dit aussi Vagner au sujet de son partenaire et chauffeur : "un attaquant moderne et un bon mec". Et, incontestablement, l’une des trouvailles d’un mercato hivernal qui fait des étincelles.
L’Est Républicain

REAGISSEZ À CET ARTICLE

Réagissez Google+

 
Top