0



Les Lions jouent leur premier match de la CAN 2019 dimanche 23 juin contre la Tanzanie au Caire (17h GMT). Souvent présenté comme un favori au départ d’une CAN, le Sénégal, qui court toujours derrière son premier trophée, aligne les déceptions depuis 2006, date de sa dernière demi-finale. Avec Sadio Mané en leader, les supporters espèrent que cette CAN sera enfin la bonne pour les Lions. 

Quatorze participations : zéro trophée, une seule finale (2002), trois quatrièmes places (1965, 1990, 2006). Le bilan du Sénégal à la CAN évoque un mystère à certains observateurs, une anomalie à d’autres. Souvent escortés par des talents qui font rêver, les Lions ont plus souvent déçu le monde du foot africain que confirmé les espoirs placés en eux. C’est sans doute pour cela que cette année, Samuel Eto’o, le meilleur buteur de l’histoire de la CAN (18 buts), et vainqueur à deux reprises de la Coupe (2000, 2002), ne les place pas dans ses favoris. « À la fin du tournoi, il y aura le Nigeria, l’Égypte, le Maroc et le Cameroun », a lâché, l’Indomptable dans une vidéo devenue virale sur internet.

L’histoire a effet montré que le Sénégal a dû mal à tenir ses promesses et s’offrir un trophée continental malgré le gros potentiel des joueurs qui composent la sélection. Les raisons sont multiples selon le journaliste sénégalais Babacar Khalifa Ndiaye, auteur du livre « Le Sénégal à la CAN de foot : Pourquoi les Lions n’y arrivent toujours pas ? ». Le reporter, qui en est à sa 15e CAN, pointe des « maux » allant de l’inexpérience au manque d’organisation, mais insiste beaucoup sur le volet mental qui a souvent fait défaut aux Lions. « Ce qui illustre ce déficit mental, c’est par exemple cette incapacité à battre le Cameroun, qui est devenu notre bête noire en Coupe d’Afrique. C’est aussi cette difficulté à se surpasser à chaque fois que l’on rencontre le pays organisateur. » A part en 1986, en Égypte, le Sénégal a été battu et/ou éliminé chaque qu’il a rencontré le pays organisateur : Algérie 1990, Nigeria 2000, Tunisie 2004, Egypte 2006, Guinée équatoriale 2012.

Des raisons d’y croire encore…

Cette année, les Lions débarquent une nouvelle fois avec l’étiquette de favoris et une bonne cote pour la victoire finale. Malgré leur histoire inaboutie avec la CAN, la prudence de leur sélectionneur Aliou Cissé (« C’est sur le terrain qu’il faut prouver le statut de favori »), les Sénégalais peuvent nourrir de réels espoirs pour plusieurs raisons.

La principale demeure la stabilité. Pour la première fois, le Sénégal dispute la CAN avec le même sélectionneur. Cela ne lui été plus arrivé depuis l’époque du Français Claude Le Roy, qui avait dirigé Jules Bocandé et compagnie lors des CAN 1990 et 1992.

Aliou Cissé, ancien capitaine des Lions lors de la CAN et du Mondial 2002, construit un groupe depuis quatre ans et a ses hommes de base. Douze joueurs présents en 2017 ont été retenus pour la CAN 2019, et 15 sur les 23 sélectionnés étaient déjà présents au Mondial 2018. A part le gardien Édouard Mendy, l’équipe-type de la CAN sera presque la même que celle du Mondial.

Sadio Mané, le facteur X

La régularité du Sénégal ces deux dernières années, marquée par un quasi sans-faute dans les éliminatoires de la CAN 2019 (5 victoires, 1 nul) et la première place africaine au classement Fifa, témoigne également d’une progression des Lions. Avec Cissé, le Sénégal n’a perdu qu’un seul match officiel (sur 26), face à la Colombie, 1-0, lors du Mondial 2018.

A cela, il faut ajouter la présence de Sadio Mané, vice-capitaine et leader d’attaque des Lions. Le Sénégalais, champion d’Europe avec Liverpool, meilleur buteur en activité en sélection (10 réalisations), est le fer de lance d’une équipe qui compte également sur des valeurs sûres comme Kalidou Koulibaly (Naples) en défense, Idrissa Gueye (Everton) au milieu, et Mbaye Niang (Rennes) en attaque.

Contre la Tanzanie dimanche, Sadio Mané, suspendu, sera absent, mais les Lions comptent déjà frapper les esprits et assumer au moins leur étiquette de favoris du groupe C, qui compte également l’Algérie et le Kenya.
RFI

REAGISSEZ À CET ARTICLE

Réagissez Google+

 
Top