0



C'est un épisode de plus dans le feuilleton Neymar, qui dure depuis plusieurs semaines au PSG. La superstar brésilienne, qui n'a pas caché son désir de quitter le club de la capital cet été, n'a pas été convoquée pour la reprise de la Ligue 1 contre Nîmes dimanche, a annoncé samedi le directeur sportif Leonardo. Le dirigeant a confirmé aux journalistes la présence de discussions « plus avancées qu'avant ». « Mais le PSG n'est pas encore prêt à donner son accord », a-t-il précisé.

Barcelone et le Real Madrid sont les deux destinations évoquées pour Neymar, le joueur le plus cher de la planète, recruté il y a deux ans pour 222 millions d'euros par le PSG. Le Barça, son ancien club, a longtemps fait figure de favori dans ce dossier. Mais avec le recrutement d'Antoine Griezmann, le champion d'Espagne manque de liquidités et ses propositions n'ont pas convaincu le PSG. Le Real Madrid est récemment entré dans la danse : le journal espagnol AS affirme que les négociations entre les deux clubs pour ce transfert vont débuter.


Fin de mercato animée

Neymar n'a plus joué avec le PSG depuis le 11 mai dernier, lors de la 36e journée de l'exercice 2018/2019 en Ligue 1. Il était revenu depuis quelques semaines sur les terrains, après s'être blessé au pied droit face à Strasbourg fin janvier. Neymar, qui avait déjà raté plusieurs mois de compétition pour une blessure similaire lors de sa première saison au PSG, s'est de nouveau blessé cet été à l'entraînement avec son équipe nationale, ce qui lui a fait rater la Copa América, remportée par le Brésil à domicile. Il avait ensuite séché la reprise de l'entraînement avec le PSG, ce qui a conduit le club à le sanctionner financièrement.

S'il ne s'est jamais exprimé officiellement à ce sujet, l'ancien joueur de Santos souhaiterait quitter le PSG cet été et en aurait informé ses dirigeants. Cette absence face à Nîmes, alors qu'il semblait en état de jouer et qu'il a déjà raté le Trophée des champions face à Rennes, et le discours de Leonardo laissent présager une fin de mercato animée du côté de Paris avec ce dossier, loin d'être refermé.
AFP

REAGISSEZ À CET ARTICLE

Réagissez Google+

 
Top